Combien coûte un syndic de copropriété ?

Parfois jugé trop cher par les uns, pas assez transparent par les autres, le syndic de copropriété cristallise parfois le mécontentement de certains copropriétaires. Pour plus de transparence et pour mieux comprendre combien coûte réellement un syndic de copropriété, nous vous expliquons tout !

Dissocier coût et honoraires du syndic

Les deux notions sont différentes et méritent un éclaircissement. Tout d’abord, rappelons que le syndic de copropriété dispose de différents rôles et responsabilités. Il assure, entre autres, la gestion des contrats liés aux parties communes de l’immeuble. Cela englobe par exemple des postes de dépenses comme la conciergerie, l’entretien du hall d’entrée, l’électricité des parties communes ou encore l’ascenseur. Pour les copropriétaires qui loueraient leur appartement, ces coûts inhérents aux parties communes peuvent être récupérés en partie sur le montant des charges du locataire.

Bon à savoir : Les honoraires du syndic sont différents des coûts que chaque copropriétaire devra payer pour l’entretien de l’immeuble. Le syndic de copropriété assure à la fois la gestion financière, technique et administrative d’un immeuble, ce qui engendre inévitablement certains coûts pour les copropriétaires.

Une rémunération légalement encadrée

Pour plus de transparence, le code civil encadre la rémunération du syndic de copropriété et précise que celle-ci doit être préalablement déterminée par un contrat écrit. Le contrat devra préciser toutes les prestations forfaitaires et complémentaires ainsi que le niveau de rémunération correspondant à chacune.

Sauf décision contraire de l’assemblée générale, aucune rémunération ne pourra être demandée par le syndic si la prestation associée n’est pas clairement mentionnée dans le contrat. Selon la taille de la copropriété ou les caractéristiques de l’immeuble, le montant des honoraires d’un syndic seront différents.

A noter que, selon le type de syndic, la fonction de syndic peut être exercée gratuitement. Nous parlons alors de syndic bénévole. Dans ce genre de cas de figure, la gestion est beaucoup moins complexe qu’avec de plus grandes copropriétés.

Comment les paiements s’effectuent-ils concrètement ?

Comme nous l’avons vu, chacun des copropriétaires paie à la fois les coûts et les honoraires du syndic qui sont inclus dans le coût total.

Schématiquement, à chaque fois que l’immeuble fait l’objet d’une facture, celle-ci est traitée par le syndic. Celui-ci règlera la facture puis la traitera dans la comptabilité de l’immeuble. On retrouvera aussi trace des honoraires du syndic dans cette comptabilité.

En accord avec ce qui a été décidé pendant les assemblées générales, plusieurs provisions (2 à 4 le plus souvent) sont demandées chaque année. Ceci a pour objectif de payer le plus rapidement possible, les factures des fournisseurs qui effectueront des travaux ou qui participeront à l’entretien de l’immeuble.

A la fin de chaque année, une régularisation intervient. Chaque copropriétaire est alors tenu de s’acquitter des sommes manquantes ou de percevoir le trop-perçu en fonction de sa quote-part au sein de la copropriété. Ce décompte global est présenté en assemblée générale qui calculera le décompte individuel de chaque copropriétaire, au regard de sa quote-part.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour permettre entre autre d'enregistrer vos préférences de langue, de naviguer de façon plus fluide ou encore de collecter les statistiques d'utilisation du site.

Lire notre politique OK