08 Nov 2021

En Belgique comme dans le reste du monde, le prix de l’énergie atteint des niveaux jamais connus. Cette hausse du coût de l’électricité et du gaz touche les ménages mais également les copropriétés. Que peuvent-elles faire face à cette augmentation ?

Etat des lieux

Entre 2007 et 2020, la facture moyenne en énergie pour un foyer a augmenté de 66 %. Entre 2020 et 2021, les prix de l’énergie ont accentué leur hausse : + 25 % pour l’électricité, + 100 % pour le gaz, selon une récente étude de la CREG (Commission de Régulation de l’Electricité et du Gaz). Et 2022 devrait continuer sur cette lancée. Le gaz se raréfie, il devient donc plus cher à produire et la demande elle s’accroit. Les prix sont donc susceptibles de monter encore. Cette hausse de l’électricité et du gaz impacte fortement les charges de copropriété, les dépenses de chauffage constituant souvent près d’un quart des charges courantes.

Solutions possibles

Moins consommer

La première solution pour alléger la facture est de moins consommer. Concernant l’électricité, il faut vérifier que toutes les ampoules de l’immeuble sont des ampoules LED, beaucoup moins énergivores que les anciennes ampoules. Il peut être intéressant d’installer des minuteurs dans le hall et les couloirs, ou des détecteurs de présence, pour que l’éclairage ne fonctionne que quand il y a besoin.

Concernant le chauffage des pièces communes, on peut remettre en question la nécessité de chauffer un hall d’entrée qu’on traverse en quelques secondes habillé d’un manteau. Il peut être intéressant d’aborder ce sujet en assemblée générale. En cas de chauffage central, on peut aussi envisager de renouveler la chaudière pour une chaudière moins consommatrice.

Moins payer

Il faut vérifier les contrats conclus par la copropriété avec les fournisseurs d’énergie et les renégocier si c’est possible. N’hésitez pas à comparer les offres des différents fournisseurs.

Il existe deux types de contrat :

  • Le contrat fixe, avec lequel le prix est fixé au départ et ne varie pas. Vous êtes ainsi protégé d’une hausse mais vous ne bénéficiez pas des baisses. Dans le cas présent, ce contrat est positif puisqu’il vous couvre de la hausse actuelle.
  • Le contrat variable, avec lequel le prix varie selon le cours actuel de l’énergie. Il est particulièrement désavantageux en cas de hausse des cours, comme en ce moment.

Pour ne pas avoir une régularisation trop lourde à payer d’un seul coup, on peut décider collectivement d’augmenter les charges mensuelles afin d’anticiper les factures d’électricité et de gaz plus élevées qu’il faudra payer au moment du décompte annuel.

Mieux isoler

Pour économiser de l’énergie en chauffage, mieux isoler les bâtiments de la copropriété est une bonne option. Près des deux tiers des bâtiments belges ont été construits avant 1981, c’est-à-dire avant la mise en place de normes énergétiques. Beaucoup de ces bâtiments sont de véritables passoires énergétiques et sont responsables d’une surconsommation. Bruxelles est particulièrement concernée. C’est pourquoi la région Bruxelles a pour but une rénovation de toutes les copropriétés d’ici 2050, avec des échéances intermédiaires à respecter. En Wallonie et en Flandre, la volonté existe aussi mais est moins contraignante.

Une meilleure isolation thermique des murs et du toit, un remplacement des systèmes de chauffage, un changement de fenêtres sont des travaux de rénovation énergétique qui ont un coût au départ, mais qui peuvent vite être amortis par des économies d’énergie.

By continuing your visit to this site, you accept the use of cookies to allow, among other things, to record your language preferences, browse more fluidly or to collect statistics on the use of the site.

Read more OK